fbpx

Entrepreneuriat: la nécessité de bien choisir ses partenaires d’affaires!

Si entreprendre un projet de création d’entreprise en solo est un véritable parcours du combattant, trouver un bon partenaire d’affaires est aussi une rude tâche ! Car, bon nombre d’entreprises, aussi florissantes soient-elles, ont dû fermer boutique pour cause de guerre intestine entre ses actionnaires.

David Santelli, président et fondateur de Rhizome, explique, dans cette entrevue, comment choisir un bon partenaire d’affaires, mais surtout comment il est essentiel de « formaliser », dès le début, cette relation à travers une charte d’actionnaires.

Michael a sauté dans un projet d'affaires sans même pas savoir de quoi il s'agit exactement. Il a juste fait confiance à Julien et ensemble ils ont développé une entreprise unique et très innovante. Leur collaboration est un véritable exemple de complicité entrepreneuriale.

Le principal enjeu pour un entrepreneur qui travaille seul est le sentiment de « l’isolement ». « On cherche les moyens pour briser cet isolement.  On a besoin du retour et de s’assurer qu’on s’en va dans la bonne direction, estime M. Santelli. Donc, le risque est de chercher le feedback » qui se trouve… chez le futur partenaire !

Cependant, un partenaire en entrepreneuriat doit-il être complémentaire au niveau des compétences ? La réponse de M. Santelli est affirmative, car le porteur de projet même « s’il sait ce qu’il faut faire pour avancer son projet le plus longtemps possible », il cherchera souvent d’autres « expertises ». Cependant, nuance-t-il, la démarche peut ne pas porter fruit si un certain nombre d’éléments ne sont pas pris en compte. En effet, se lancer à deux ou à plusieurs dans un projet n’est pas logiquement plus facile, surtout quand ce n’est pas avec la bonne personne. Incompatibilité, tension et conflits sont autant d’éléments qui pèseront lourdement sur l’évolution de cette association. « On peut être complémentaire et avoir une bonne expertise pour l’entreprise, mais cela ne fait pas de la personne un bon partenaire d’affaires », explique notre invité.

Il a bien connu les deux faces de la pièce: entrepreneuriat en solo et en duo. Écoutez les aventures entrepreneuriales hallucinantes de Jean-Louis Legault dans le 3e épisode de Simplement Audacieux.

Une charte d’actionnaires pour éviter de fermer boutique…

Dans le cas d’une compagnie incorporée, même si les relations entre actionnaires sont, dès le départ, harmonieuses et que l’ambition et le défi sont communs , M. Santelli suggère de définir les conditions de tout un chacun et les conditions de sortie.

La solution, aux yeux de cet expert, réside dans la convention entre actionnaires et surtout le « timing » de son élaboration. « On peut avoir une ambition qui est très identique au début d’un projet puis au fur et à mesure qu’il évolue, l’ambition peut différer », estime-t-il.

« Dans le scénario où il y a plusieurs co-fondateurs, il faut se doter d’une charte d’actionnaire qui soit solide », conseille ce consultant qui cite le cas d’un « chercheur qui n’avait pas le profil de co-fondateur et qui aurait été probablement très heureux d’être juste un employé. Ça été compliqué et ça a créé énormément de tension », explique-t-il.

"On [moi et mon frère] a deux tempéraments différents mais c'est ce qui nous amené ici. Sans mon frère, je n'aurais pas pris de risques mais je le freine souvent ce qui nous a évité peut être de faire faillite", raconte Émilie Turcotte qui nous partage son expérience au sein d'une entreprise familiale prospère.

En prenant le temps de signer une convention avec ses actionnaires, le porteur de projet s’offre un coffre à outils pour le futur qui lui permettra de prévenir les conflits, mais également de prévoir des solutions aux éventuels différends.

« Ce n’est pas négatif, quand je regarde l’évolution des boites sur le long terme. Il y a énormément de projets ou l’actionnariat a complètement changé et puis y en a certains ou ça s’est fait dans la douleur, d’autres naturellement, y en a d’autres, ils sont partis », conclut David Santelli.

Notre invité David Santelli, en bref

Tout au long de sa carrière à titre de consultant, mais aussi de dirigeant d’organisation, David Santelli a acquis une solide expérience en modélisation d’affaires, planification stratégique, et en structuration, gestion et optimisation d’écosystèmes d’innovation auprès d’entreprises, organisations et d’agences gouvernementales à l’échelle internationale, nationale ou locale. Président et cofondateur de Rhizome stratégies, David Santelli a bâti et dirigé de 2006 à 2015, la pratique développement économique de iFact inc, une firme de planification stratégique montréalaise. Il a agi auparavant à titre de directeur exécutif d’une fédération internationale représentant les intérêts des entreprises de l’industrie alors émergente de l’Internet et du multimédia où il a notamment fondé et dirigé l’Observatoire Mondial du Multimédia, un réseau de collaborations et de transfert de bonnes pratiques dédié au développement de l’industrie. Il dirige la pratique écosystèmes où il a engagé Rhizome à s’impliquer activement au développement de solutions agiles visant à structurer différents secteurs de l’entrepreneuriat et de l’innovation au Québec : comme le secteur de l’investissement d’impact (SVX) et de l’entrepreneuriat social (accélérateur Impact8) en partenariat avec l’Esplanade et le MaRS Discovery District à Toronto; ou encore le secteur des industries culturelles et créatives avec l’accélérateur d’entreprises La Piscine et le projet de Hub entrepreneurial le Rodier. Il est cofondateur et administrateur du Mouvement des accélérateurs d’innovation du Québec (la MAIN), premier réseau du genre dédié à l’expérimentation et aux partages de bonnes pratiques, qui gère pour le Gouvernement du Québec une nouvelle mesure relative au soutien des entreprises en croissance de moins de 2 Millions de dollars de revenus. Visiter le site web de Rhizome

Demeurez à l’affût des actualités de Laval Innov

TOUS LES SUJETS

Recevez la veille bimensuelle de l'actualité en innovation, appels à projets, événements et plus encore